Thème 1: Question 1 Economie


Comment s’établissent les relations entre l’entreprise et son environnement économique ?


Pré - requis et savoir associés


Synthèse


Une entreprise évolue en permanence avec son environnement économique. Elle noue des relations avec d’autres agents économiques sur différents marchés. Quels rôles jouent les agents économiques ? Comment s’organisent les relations entre l’entreprise et son environnement ? Comment fonctionnent les différents marchés sur lesquels intervient l’entreprise ?


I. Les principaux agents économiques sur les marchés


A. Les agents économiques et leur rôle respectif

Plusieurs agents économiques nouent des relations avec les entreprises. Chaque agent joue son propre rôle :

Un ménage est un ensemble d’individus partageant le même domicile et dont l’activité est la consommation et/ou l’épargne des revenus non consommés.

Les entreprises produisent des biens et/ou réalisent des prestations de services destinés à être vendus aux ménages, à l’État ou à d’autres entreprises. Pour être pérenne, une entreprise a besoin de générer des profits et d’investir, les investissements nécessitant des besoins de financement.

L’État regroupe l’ensemble des institutions chargées d’administrer une population vivant sur un territoire. Celles-ci assurent une production de services non marchands (éducation, police, santé, administration) fournis à un prix nul ou inférieur à son coût de production. Ces différents services rendus sont financés par l’impôt.

Les banques sont autorisées à recevoir des dépôts, prêter de l’argent et fournir des moyens de paiement aux entreprises, ménages et collectivités (État, régions, etc.).


B. Les différents marchés et leur rôle respectif

Dans une économie de marché, la très grande majorité des opérations est réalisée sur un marchéoffreurs et demandeurs se rencontrent. Un prix d’équilibre est alors fixé.

Si l’offre est supérieure à la demande, le prix diminue.

Si l’offre est inférieure à la demande, le prix augmente.

Si l’offre est égale à la demande, le prix reste inchangé, on parle alors de prix d’équilibre.

On dit que la quantité offerte est une fonction croissante des prix : c’est la loi de l’offre. On dit que la quantité demandée est une fonction décroissante du prix : c’est la loi de la demande.

En théorie, le prix d’équilibre, où l’offre est égale à la demande, est déterminé par négociation successive entre offreurs et demandeurs sur chaque marché. Mais, dans la réalité, la fixation du prix d’équilibre est perturbée par l’imperfection des marchés.


Il existe différents types de marchés :

Le marché des biens et des services où se confrontent l’offre et la demande de biens et de services et où se fixent les prix des produits en fonction des quantités échangées.

Le marché du travail sur lequel la demande de travail, qui provient des entreprises et des administrations, se confronte à l’offre de travail qui émane de la population active ; le prix du travail est le salaire.

Le marché des capitaux sur lequel se confrontent la demande et l’offre de capitaux ; le prix du capital est le taux d’intérêt. Ce marché met en relation des agents économiques détenant un excédent de capitaux (provenant de l’épargne) et ceux qui ont des besoins de capitaux (par exemple les entreprises pour investir).


C. Un focus sur le marché financier

Le marché financier (ou marché des capitaux à long terme) est le lieu d'émission et d'échange des valeurs mobilières (essentiellement des actions et des obligations). Il participe au financement de l’économie. Le marché financier est divisé en deux parties :

Marché primaire = Marché financierMarché secondaire = BourseÉmission de nouvelles valeurs mobilières (marché du neuf). Il permet aux entreprises, à l’État et aux collectivités territoriales de financer leurs dépenses (investissements privés et infrastructures publiques).C’est le marché de l’occasion. Il permet l’échange et la cotation des valeurs mobilières déjà émises.

Marché primaire et marché secondaire sont indissociables car un épargnant n’achètera des valeurs lors de leur émission (marché primaire) que s’il a la possibilité de s’en défaire à de bonnes conditions (sans perte) sur le marché secondaire.


Le marché financier existe pour les raisons suivantes :

C’est un accélérateur de croissance car il permet aux entreprises de trouver les capitaux nécessaires à leur développement pour des sommes souvent plus conséquentes que par le recours aux banques.

Il permet une levée de fonds plus facilement et moins chers (rencontre directe entre prêteurs et emprunteurs sans intermédiaires).

Il permet plus de transparence financière ce qui est apprécié par les banques et les partenaires.

Le marché financier accroît la notoriété des entreprises du fait des informations publiées dans les médias.


II. Les interactions entre agents économiques sur les marchés


A. Le modèle de la concurrence pure et parfaite

En concurrence pure et parfaite, le prix est le mécanisme régulateur du marché car il égalise l’offre et la demande, ce qui permet de satisfaire au mieux des agents économiques à objectifs contradictoires. Les hypothèses de la concurrence pure et parfaite sont :

L’atomicité du marché où une multitude d’offreurs et de demandeurs se rencontrent ;

L’homogénéité des produits c’est-à-dire des produits semblables pouvant être comparables ;

La libre entrée et sortie du marché ;

La mobilité des facteurs de production permet de fluidifier ce dernier ;

La transparence de l’information sur le marché étudié afin que les agents puissent obtenir les informations souhaitées.


Cependant, dans la réalité, le système de prix peut être perturbé du fait de l’imperfection des marchés, ce qui entraîne des déséquilibres. Il peut y avoir :

Une situation de monopole lorsque l’on trouve sur un marché de nombreux acheteurs et un seul producteur libre de fixer ses prix.

Une situation d’oligopole quand sur un marché il y a un petit nombre de producteurs et un nombre important d’acheteurs.

Le fonctionnement du marché repose donc sur un certain nombre de règles qui déterminent un cadre institutionnel imposé par l’État (loi, confiance…). Bien entendu, les règles de concurrence sont essentielles.


B. Les relations entre agents économiques

Sur chaque marché, des agents économiques échangent. Si la demande est plus forte que l’offre alors le prix augmente et se maintient à un niveau élevé tant qu’une offre nouvelle n’apparaît pas. Inversement, si l’offre st supérieure à la demande alors le prix diminue.

Les marchés sont donc modifiés par des entrées et des sorties d’acteurs, mais ces mouvements peuvent être limités par des barrières à l’entrée qui protègent les entreprises en place.


C. Des relations particulières entre entreprises : concurrence et/ou coopération

À côté de relations dites de concurrence, il existe des relations de coopération. La coopération se rencontre lorsque les agents économiques peuvent coopérer sur tout ou partie de leurs activités.

De même, la coopétition est un processus né de l’association des termes coopération et compétition. C’est une relation paradoxale qui émerge quand deux entreprises coopèrent dans quelques activités, et sont en même temps en compétition (en concurrence) l’une avec l’autre sur d’autres activités.


De nombreuses raisons peuvent expliquer que des entreprises recourent à la coopération :

Mettre en commun des coûts de recherche et de développement ;

Réduire les coûts de production ;

Améliorer la qualité d’un produit…


III. Les imperfections des marchés


A. L’asymétrie d’information

La concurrence pure et parfaite est un modèle théorique dont les hypothèses sont démenties par les faits. Les dysfonctionnements de marchés et l’imperfection de ceux-ci sont coûteux pour les consommateurs en termes de prix et de qualité du processus décisionnel. Il faut donc rétablir l’équilibre entre les consommateurs et les entreprises en contraignant celles-ci à respecter des règles en matière de concurrence. En effet, certaines entreprises tentent de réduire la concurrence :

par un abus de position dominante qui consiste, pour une entreprise, à abuser de son excellente position sur le marché. Ce n’est pas sa position dominante qui est mise en cause mais l’abus qu’elle peut en faire ;

par des ententes c’est-à-dire un accord ou une action concertée qui a pour objet ou peut avoir pour effet d'empêcher, de restreindre ou de fausser le jeu de la concurrence sur un marché de biens ou de services déterminé ;

en différenciant leurs produits qui ne sont plus alors homogènes ;

par des barrières à l’entrée du marché qui sont des obstacles qui rendent très difficile l’entrée de nouvelles entreprises sur un marché ;

par une information incomplète et asymétrique sur les marchés.


B. Les externalités

Certaines activités (de consommation ou de production) d’agents économiques ont des effets positifs ou négatifs sur le bien-être d’autres agents sans qu’il y ait transaction entre eux (aucun ne reçoit ou ne verse une compensation). Ces effets sont des externalités.

Comme le marché est impuissant à décourager les externalités négatives produites en excès et à favoriser les externalités positives sous produites, l’État doit intervenir. Pour cela, il peut :

encourager les activités à externalités positives grâce aux subventions, crédits d’impôts, protection des brevets (pour encourager la recherche), déductions fiscales…

décourager les activités à externalités négatives : taxes, écotaxes, interdictions, contraintes diverses… bonus/maluspour les voitures…

créer un marché comme celui des droits à polluer. L’État alloue aux entreprises polluantes des permis d’émission de CO2 et les entreprises qui polluent moins que prévu revendent leurs droits à polluer à celles qui polluent plus que prévu, sur ce marché.


118 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout