S.O.S Professeurs en danger

Les enseignants sont au bord de la rupture.Comment en est-on arrivé là ? La souffrance d’enseigner interroge toujours et encore, les enseignants, dont la

pressante transmission du savoir avait motivé leur entrée dans le métier . Cette profession souvent décriée pour la durée de leurs vacances n’en peut définitivement plus. La fierté de transmettre, de voir encore des élèves réussir suffira-t-elle à éviter l’hémorragie des démissions.

Que s’est-il donc passé pour que les enfants , trainent les pieds pour aller s’instruire, pour que leurs parents aient oublié leurs rôles essentiels dans la transmission du respect et de la connaissance ?

Redonner l’envie à chacun de transmettre et de recevoir. Permettre aux enseignants de continuer d’instruire les acteurs du futur. Car sans enseignement, sans connaissance, sans savoir, une société n’existe plus. Non ?


Plus que jamais il faut être conscients de la souffrance engendrée par les actes de violences physiques, verbales et symboliques (absences répétées de soutien de la hiérarchie) que subissent au sein des établissements scolaires les enseignantes et les enseignants.


Problèmes qui limitent l’efficacité des enseignants


  • Le manque de soutien parental

Le manque d'instruction des parents et leur incapacité à aider leurs enfants à faire leurs devoirs pourraient avoir un effet déterminant sur les acquis scolaires de ces derniers. Si la place des parents dans l’institution scolaire a évolué au fil du temps, elle n’a cessé d’être un questionnement pour tous les acteurs éducatifs concernés. Le discours sur la démission des parents est récurrent et vise particulièrement les familles populaires les plus démunies face à la scolarité de leurs enfants.

L’investissement scolaire des parents ne semble pas suffisamment conforme aux attentes de l’institution scolaire et des enseignants qui attendent que les parents soient des auxiliaires de l’école, capables de prolonger et de renforcer son action éducative. Ils déplorent qu’une partie des parents ne signe pas le journal de classe, ne vient pas aux réunions de l’école, n’aide pas assez les enfants dans les tâches scolaires.

  • Le manque d’un financement adéquat

Dernier exemple en date, combien d’enseignants durant les confinements ont reçu un ordinateur pour remplir leur mission en distanciel, une prise en charge de la connexion internet, de la webcam ?


  • La mauvaise perception du public

Toute personne ayant un enfant, payant des impôts ou ayant fréquentée une école, se sent qualifiée pour donner des conseils, souvent non sollicités et mauvais, lorsqu’il voit qu’un enseignant rencontre des difficultés.


Exemples:


"Il suffit d’enlever les téléphones des élèves pour qu’ils soient attentifs."

C’est comme retirer un morceau de viande à un lionceau affamé et à sa mère. Même les élèves les plus angéliques deviendront défiants, et leurs parents se retrouveront à l’école en cinq secondes chrono, se demandant pourquoi leurs enfants n’ont pas répondu immédiatement à un SMS.

"Retournez à l’enseignement « à l’ancienne »"

Les parents nous disent souvent cela à propos des méthodes d’enseignement. Le problème est que les enseignants ne contrôlent pas le programme scolaire. Veuillez renvoyer ce conseil au ministère.

"Rendre l’école plus amusante pour les enfants."

Qu’est-ce que cela veut dire ? Nous ne devons pas rivaliser avec un jeu vidéo et personne ne devrait nous le demander. Nous faisons de notre mieux pour rendre le programme pertinent et motivant pour nos élèves mais s’attendre à ce que les enfants s’amusent et jouent tous les jours est irréaliste.


L’enseignement est l’une des rares carrières où le libre arbitre des autres a régulièrement un impact négatif sur l’activité du salarié. Par exemple, lorsqu’un élève ne fait pas ses devoirs et que cela se ressent dans ses notes, c’est en quelque sorte à l’enseignant de résoudre le problème. Mais lorsqu’un patient ne passe pas d’examen de la vue et que sa vision se détériore, c’est le patient qui est responsable, pas son optométriste.


"Les dentistes ne sont pas blâmés lorsque leurs patients ne se brossent pas les dents et n’utilisent pas de fil dentaire, mais c’est la faute de l’enseignant lorsque les élèves ne terminent pas leur travail."


"Les pilotes ne sont pas obligés de voler dans un ouragan, mais on attend des enseignants qu’ils poursuivent leurs activités comme si de rien n’était, malgré d’innombrables obstacles."


"On n’attend pas d’un chef cuisinier qu’il nourrisse des clients qui ne sont pas au restaurant, mais on attend des enseignants qu’ils fassent tout rattraper à des élèves qui ne viennent pas à l’école."


  • Les tendances éducatives

Beaucoup de choses ont changé dans l’éducation au fil des années, certaines pour le mieux et d’autres pour le moins bien. De nombreuses choses que nous avions l’habitude de faire pour aller plus loin ou être plus efficaces dans notre travail sont tout simplement interdites avec le climat actuel. Voici des exemples de choses que les enseignants ne pourraient jamais faire.


Réconforter physiquement les enfants

Il est triste qu’un adulte doive y réfléchir à deux fois avant de réconforter physiquement un enfant dans le besoin, mais c’est la situation malheureuse dans laquelle se trouvent les enseignants de nos jours.

Donner aux élèves la possibilité d’échouer

Autrefois, les élèves avaient le choix d’échouer. Les conséquences de ce choix leur permettaient d’apprendre d’importantes leçons de vie.

Tenir les élèves responsables de leur comportement

Cela ne sera jamais de leur faute, mais de la votre, ou celui du système ou ..ou ..

S’amuser sans finir sur les réseaux sociaux

Autrefois, les enfants nous faisaient savoir si nous avions quelque chose entre les dents ou si notre tenue ne leur plaisait pas. Aujourd’hui, les élèves diffusent tout, de nos divagations passionnées sur la poésie au papier toilette qui traîne sous notre chaussure sur leurs réseaux.


"Difficile quand on est prof, d’assumer que l’on souffre de ses conditions de travail", En effet, le regard de la société n’est jamais très tendre avec ceux que l’on considère encore trop souvent comme « des privilégiés ». Bien loin de ce fantasme, le métier d’enseignant se révèle abrupte, sans concession. Et les profs les plus fragiles craquent en silence dans l’incompréhension générale."


Ressources :

https://souffrancedesprofs.com

58 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout