Problématique - Mémoire : Aider l'élève de SEGPA à s'exprimer pour mieux s'affirmer


Prenant en compte tout les elements définies plus haut je me suis lancé dans une véritable introspection de mon enseignement et des profils d’élèves à ma charge afin de trouver des solutions à mes problèmes.


En suivant une formation à l’IFM[1] j’ai découvert l’approche des taches complexe, et l’apprentissage par le projet. Cette notion globale de projet, et d’approche par compétence m’a semblé très intéressante.

J’ai donc dans un premiers temps travailler en répartition de projet et construit ma progression pédagogique autour de cet axe.

J’ai mis en place de manière aléatoire des thématiques de projet de construction personnel. Pour que l’élève réussisse il faut qu’il se connaisse mais que moi aussi je le connaisse. Je vais pouvoir l’approcher et l’aider plus facilement à se surpasser si j’édite un profil psychologique de chacun et ainsi pour je puisse m’adapter à leur besoin et mode d’apprentissage.


Le choix de mon sujet de mémoire n’est pas le fruit du hasard, les difficultés que je rencontre avec mes élèves sont à l’origine de ce questionnement professionnel.

Les constats cités sur les difficultés des élèves à rentrer dans les apprentissages, leur manque de motivation et une estime de soi malmenée par leurs échecs à répétition m’ont amenée à m’interroger.


Il y a quelques années je travaillais dans l’évènementiel, et plus particulièrement dans les évènements musicaux, j’ai donc l’occasion d’emmener mes élèves rencontrer les artistes qui sont en représentation sur le territoire. J’avais commencé cette démarche au Lycée Escoffier et intégrais ces rencontres dans des projets pluridisciplinaires. En 2013 le groupe de Musique Carimi est venue sur le territoire et j’ai emmené mes élèves de 3ème SEGPA les rencontrer.

Lors de la rencontre avec les artistes, les élèves et moi-même avons eu de réels échanges, nous avons assisté aux répétitions, ils sont montés sur scène et ont touché les instruments de musique. Une complicité ponctuée des rires et de partage s’est installée. Les barrières sont tombées. Ils m’ont posé beaucoup de questions sur la musique et la danse. Et on a réalisé que l’on avait beaucoup de points communs. Nous avons passé la journée dans un contexte complètement différent de notre salle de classe.

Ils m’ont montré ce qu’ils savaient faire en danse, ils se sont ouverts à moi et je me suis ouverte à eux.

Le retour en classes a été une révélation. Les élèves étaient coopérant, le climat de classe extrêmement favorable et propice aux apprentissages.

Et les entrainements pour l’oral du CFG ont pris une autre dimension.

Nous avons travaillé sur la confiance en soi, ils s’imaginaient sur la scène du centre culturel Jean Marie Tjibaou et leur intonation de voix était impeccable.

Leur progrès a été immédiat. Mais surtout le climat de classe était paisible et harmonieux.


La plupart des conflits sont dus à un manque de confiance en soi et de communication. Je me suis donc demandé si la pratique de la danse ne pouvait pas permettre à cette classe de coopérer et de s’écouter.


La danse ne peut-elle pas aider à construire la cohésion d’un groupe ? Peut-on améliorer le climat de travail d’une classe en développant les conduites de communication en danse ? Peut-on aider un enfant a se construire en prenant confiance en lui. Pourra-t-il mieux s’affirmer si il pouvait réellement s’exprimer??

La danse artistique permet à chaque élève de maîtriser le risque de s’exposer publiquement en quittant provisoirement ses repères quotidiens.

Après avoir fait de nombreuses recherches sur les styles de danse et ce qu’aime les enfants d’aujourd’hui, je me suis orienté vers le Hip hop.


Le projet de danser et de découvrir le hip hop tout en croisant divers champs artistiques (danse, slam, musique, arts plastiques) et disciplinaires (eps, français, musique et ateliers) s’adresse à des élèves de 3ème SEGPA et s’inscrit dans la mise en place de l’évaluation des compétences par les tâches complexes..

L’objectif d’apprentissage prioritaire consiste à travailler autour de l’identité de l’élève comme une personne, comme un sujet capable d’apprendre et de réussir. L’enjeu est de taille car une bonne estime de soi est indispensable pour accéder à la motivation du « vouloir apprendre ».


Je suis moi-même passionnée par la danse et en relisant le texte officiel des orientations pédagogiques de 2009, qui dit : Une des missions essentielles des enseignants est donc de créer un climat de confiance et un contexte pédagogique stimulant qui permettent à chaque élève de retrouver l’estime de soi et de renouer avec la réussite scolaire, que ma problématique a trouvé sa forme :


Quelles stratégies pédagogiques mettre en place pour permettre à l’élève de SEGPA de restaurer son estime de soi et de communiquer clairement ? Ces facteurs acquis la réussite scolaire en découlera.

Pour que l’élève renoue avec la réussite scolaire, l’enseignant doit à la fois agir sur le conatif « le moteur des apprentissages » et sur le cognitif « directement lié au savoir ».

[1] IFM : Institut de formation des maîtres

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout