Pédagogie différencié, Quézako?


La pédagogie différenciée ou différenciation pédagogique vise à modifier la manière d'enseigner pour s'adapter aux élèves.

Elle part du constat que dans une classe, un professeur doit enseigner à des élèves ou des étudiants ayant des capacités et des modes d'apprentissages très différents.

Elle tente de donner une réponse à cette hétérogénéité des classes par des pratiques adaptant à chaque élève les programmes d'études, l'enseignement et le milieu scolaire.

Ces pédagogies ont souvent pour but le développement personnel de l'enfant.


Les différences sont naturelles et nécessaires à l’évolution.



Pourquoi?


Diversifier les situations de travail pour donner une chance à chacun.


Chaque élève est différent, dans ses attitudes, capacités, motivations… De ce fait, comment faire apprendre les mêmes contenus, faire acquérir les mêmes connaissances et les mêmes compétences à tous les élèves, dans une classe dont le degré d’hétérogénéité peut être variable mais jamais nul (note Lafontaine, Cnesco, 2017)



Les élèves n’utilisent pas les mêmes techniques pour résoudre les problèmes.

Chaque apprenant a un répertoire de comportements unique.

Les élèves n’ont pas le même profil d’intérêt et les mêmes motivations pour atteindre les mêmes buts.


  • Pour répondre à des besoins préalablement identifiés chez les élèves (parce que les élèves ne progressent pas à la même vitesse, parce qu’ils ne possèdent pas le même répertoire de comportements, parce qu’ils ne sont pas motivés pour atteindre les mêmes buts…).

  • Pour permettre à chaque élève de maîtriser les connaissances et les compétences du socle commun.

  • Pour lutter contre le décrochage scolaire, mais aussi amener chaque élève au maximum de son potentiel.


Qui?


Différences Socioculturelles


Tous les élèves n'arrivent pas avec le même «bagage» socioculturel.

Ils viennent de toutes origines sociales, de différentes origines culturelles. Ces différences peuvent bien évidemment augmenter les écarts, les inégalités entre les élèves si l'enseignant n'y prend pas garde. Il faut ainsi être attentif à toutes ces différences pour mener à bien un apprentissage auprès de tous les élèves quelle que soit son origine socioculturelle. Ce qui me semble important c'est que, quel qu'il soit, chaque enfant dans une classe doit et peut apprendre.

L'enseignant doit lui faciliter l'accès à l'apprentissage et se poser alors la question de ce qui peut être différencié dans une classe.


Différences de profil :

  • auditifs ou visuels

  • besoin de guidage ou d'indépendance

  • dépendants ou indépendants du contexte psycho-affectif

  • synthétique ou analytique

  • producteur ou consommateur

  • réflexif / impulsif

Il me semble important que les élèves se sentent bien dans leur classe, ils y restent six heures par jour et l'enseignant doit être soucieux de cet aspect, et être vigilant quant à sa façon d'être avec chacun des enfants et ce, quel que soit son profil. Certains enfants apprennent en construisant activement, sont à l’aise dans l’action, la production. D’autres, apprennent en observant, rentrent facilement dans les projets des autres, attendent que les autres répondent. Les enfants impulsifs prennent facilement la parole, répondent rapidement à une question même si cela les conduit à faire une erreur. Les enfants plutôt réflexifs, au contraire, hésitent à prendre la parole et ne la prennent que lorsqu’ils sont certains de dire quelque chose de juste et d’intelligent. On entend aussi très souvent une catégorisation d'enfants dits « bons, moyens ou faibles », ou alors d'enfants « lents » ou « rapides ».


Toutes ces catégories de profils si différentes sont intéressantes à connaître pour

éventuellement aider l'enseignant à mieux comprendre certains élèves et leurs difficultés. Mais, il semble très difficile au sein d'une classe d'analyser les profils de chaque élève. Tous ne relèvent certainement pas d'un seul type de profil mais de plusieurs. Toutefois, ce petit recensement des différences entre les élèves nous fait mieux comprendre la diversité d’individus qui peut être rencontrée au sein d’une classe.


Ainsi, il semblerait difficile d’envisager d’enseigner dans sa classe comme si tous les élèves comprenaient et apprenaient de la même manière.


Quoi?


  • les consignes,

  • les moyens d'apprentissage,

  • les modes de représentation,

  • les traces,

  • les modes de compréhension,

  • les compétences ciblées,

  • les modes d'apprentissage,

  • les axes et temps d'apprentissage,

  • la présence de l'enseignant,

  • l'organisation,

  • les démarches,

  • les outils,

  • l'évaluation.

Comment ?


On relativise et on observe


L’hétérogénéité est la règle !

L’homogénéité étant l’exception, il faut cesser d’être surpris de ne pas pouvoir faire avancer tout le monde de la même manière même si les programmes en donnent l’illusion.

La différence entre élèves est normale !

Qu’il s’agisse d’écarts de vitesse, d’autonomie, de motivation, d’intérêt, de compréhension, on ne peut plus être « indifférents aux différences » mais devons inclure cette approche dans le fonctionnement habituel de la classe.

Dans aucune classe, le travail est accompli en même temps avec la même efficacité.

Il est donc nécessaire d’anticiper sur ces différences d’autant plus qu’un travail inadapté et l’attente sont des facteurs inducteurs de désordre. C’est donc à tout moment qu’un élève doit pouvoir trouver un travail intéressant à faire.

La différenciation n’est pas un problème, c’est une solution !

Ça peut sembler difficile, surtout pour une pratique que l’on n’a le plus souvent ni vue ni vécue. Mais il est encore bien plus difficile de s’en tenir à la coercition. La souplesse pédagogique est la vraie rigueur, la rigidité étant signe de laxisme.

Tous les élèves ont besoin de différenciation !

Dans un système scolaire où trop d’élèves s’ennuient, il faut aussi penser la pédagogie différenciée à destination des meilleurs élèves.

Il ne s’agit pas d’enfermer un élève mais de lui permettre de s’en sortir.

L’individualisation s’équilibre avec une pédagogie coopérative. La différenciation ne consiste pas à personnaliser en permanence le travail de l’élève mais à l’adapter au bon moment.


On agit

Pour différencier le travail, il faut d'abord bien connaitre tous les élèves :

Faire un test en début d'année, prendre renseignement auprès de l'infirmière ou l'assistante sociale et faire remplir une feuille de renseignement aux élèves. C’est connaitre les acquis de chacun mais aussi les disparités de compétences et de savoir-faire dans les différents domaines ainsi que dans les processus d’apprentissage.


Ajuster les Contenus Sans diminuer, les exprimer à long terme, l’enseignant propose des tâches et/ou des étayages et/ou des supports différents pour l’acquisition d’une même compétence.


Varier sa méthodologie et en proposant différentes démarches d'apprentissage.


Pour différencier le travail des élèves, on doit actionner tous les leviers d’une classe :

  • Le temps (en donner plus ou moins)

  • La difficulté (graduer le travail autour d’une même notion avec des exercices différents)

  • Les outils (essayer d'utiliser tout les supports qui touchent les types de mémoire - auditive - visuelle - kinéstésique)

  • La quantité (plus ou moins de travail à faire en un même temps)

  • Les aides (avec ou sans celles de l’adulte ou des camarades)

  • L’autonomie (un travail aux étapes indiquées ou pas)

  • L’organisation (temps de travail collectif et individuel)


Varier ses démarches pédagogiques


La démarche sensitive : préparer l'activité pour que l'élève puisse exprimer ses sentiments, ses émotions, L'élève doit expérimenter.


La démarche de recherche d'informations : préparer l'activité de telle manière que l'enfant prenne connaissance des informations diverses : faits, photos, noms, chiffres, etc. Expliquer, répondre aux questions, faire consulter des livres , interviewer un spécialiste, féliciter leur esprit critique, les aider à formuler des questions précises; autrement dit : dire ce qu'ils savent ou ce qu'ils ne savent pas de la notion qui va être abordée.


La démarche inductive : il faut faire observer des exemples variés d'un concept, d'une notion, d'une règle, élaborer une première définition, observer de nouveaux exemples et contre-exemples, élaborer une définition plus complète que la précédente.


La démarche déductive : il faut faire observer une règle, un principe, une donnée, élaborer des exemples ou des cas particuliers en application.


La démarche scientifique : faire formuler des hypothèses face à une situation problème, choisir une hypothèse et inventer une expérience qui permettra de la vérifier, réaliser l'expérience, confronter le résultat à l'hypothèse de départ, confirmer et faire une synthèse ou choisir une nouvelle hypothèse.


La démarche technologique ou d'anticipation : il faut faire définir le "produit" à fabriquer (établir les critères de réussite), rechercher des procédures de fabrication, rechercher les étapes, fabriquer, confronter et évaluer, garder des traces.


La démarche de résolution de problème : il faut faire représenter la situation problème, repérer les étapes de la recherche, choisir et utiliser des outils de résolution, valider le résultat final.


La démarche créative : faire tripatouiller librement, chercher, observer, réaliser, expérimenter, observer les résultats, communiquer, confronter, évaluer, garder des traces.


La démarche imaginative : préparer son activité de telle manière que les enfants puissent rêver, imaginer, créer des histoires, échafauder des hypothèses, inventer des solutions, "voir dans leur tête" des situations non observables sur papier.


La pédagogie différenciée demande à l’enseignant une remise en cause de l’approche traditionnelle d’enseignement. Elle peut être source de travail supplémentaire pour sa mise en place. Elle réclame un certain niveau de maîtrise et d’expertise. Pourtant, le plus difficile peut être à venir !

Autant dire que cette pratique s’accompagnera nécessairement d’une bonne communication avec les parents, les élèves, les collègues, mais aussi d’un climat de classe apaisé, confiant et bienveillant.



Sources :

https://www.ipefdakar.org/IMG/pdf/Stage_La_differenciation_pedagogique_comment_faire.pdf

http://www.cahiers-pedagogiques.com/Pedagogie-differenciee

https://web.ac-reims.fr/dsden10/exper/IMG/pdf/differenciationcommentfaire.pdf


682 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout