Expérimentation atelier hiphop




Organisation de la classe

Mes horaires d’ateliers sont regroupés en module de 4h.

Ces 4h sont divisé en 3 partie, la 1ère est consacré au cours et à la progression pédagogique. La 2ème heure est une application directe ou indirecte du cours vu précédemment, et la dernière partie est consacrée aux projets de la classe.

Ce découpage est systématique, il permet aux élèves de se situer dans le temps et leur procure un cadre rassurant.

Le plus dure étant en 1ère heure, car il faut mettre la classe en position d’apprentissage et leur faire acquérir les compétences prévues.


- Le mardi de 13h à 16h

La 1ère heure est une interrogation sur le cours précèdent.

Cette interrogation permet de vérifier les connaissances et de rectifier avant d’attaquer un nouveau cours. Elle se présente sous forme de quizz, QCM ou mots croisées.

Le principe étant de les mettre en condition pour entamer la semaine en atelier, d’avoir une rigueur et d’établir la certitude de l’assimilation.

Une fois terminée (il ne peut y avoir de temps imparti précis, car les niveau ne sont pas du tout homogène) je corrige immédiatement pour agir.

La 2ème heure nous faisons un nouveau cours ou revoyons le cours précèdent si les notions ne sont pas comprise.

La 3ème heure est consacrée au projet slam, il s’agit de permettre aux élèves de 307 d’exprimer leurs émotions dans le cadre d’activités artistiques.

Ces activités consistent : en la production de textes de slam sur le thème « Ce que j’aime » qui seront dits par leurs auteurs et en l’utilisation de percussions (cups). les séquences de cup song feront le lien entre les différents textes.

Les élèves auront une démarche la plus autonome possible par rapport à ce projet et décideront de l’organisation de la production finale.


Le jeudi de 8h25 à 14H

La 1ère heure est consacrée a la mise en place du restaurant d’application, information du menu, confirmation de réservation ….

Les 4 heures qui suivent sont réservées pour la classe à PAC.


Le vendredi de 7h25 à 12H

La 1ère partie concerne les cours de vente

La 2ème partie est employée pour le projet igname

La dernière partie consistera a vendre les objets confectionnés par l’atelier HAS


Le climat de classe


En me référant aux théories citées dans le premier chapitre, l’estime de soi se construit à travers les interactions sociales, le regard des autres est montré comme un paramètre essentiel. Il faut donc créer les conditions nécessaires pour que la classe soit un lieu sécurisant où règne le respect, l’écoute et la parole. Je pense également qu’il faut créer une rupture avec le passé scolaire souvent douloureux des élèves accueillis en SEGPA et donc instaurer un climat de confiance pouvant leur permettre de développer une image positive d’eux-mêmes.

L’attitude que je m’engage à avoir avec les élèves se définirait par :

Favoriser un accueil chaleureux et souriant
Faire preuve d’empathie
Renvoyer une image positive à l’élève en espérant lui donner l’énergie

S’engager dans un processus d’apprentissage
Croire en la réussite de chacun, ne pas faire preuve de fatalisme Savoir faire preuve de fermeté quand il le faut
Mettre en place une possibilité d’écoute et de parole

Le climat est une valeur subjective. Il est difficile d’évaluer les résultats de la relation que j’instaure avec les élèves, mais les différentes lectures et la formation que je suis, ont transformé mon regard et mon attitude d’enseignante spécialisée. Je me devais de partager l’importance que revêt pour moi le climat de classe essentiel à la réussite des élèves.


Mise en place concrète de l’atelier


CONCEVOIR et CONDUIRE une séquence de danse

En premier, l’enseignant doit définir le thème de travail et les objectifs de sa séquence: inducteur, support, axe... Il fait des choix pédagogiques.

Ensuite, il s’agit de formuler l’objectif essentiel de la première séance, recadrer par rapport à l’objectif général de la séquence.
La formulation peut se faire sous cette forme:


La séance de danse se déroule habituellement en trois phases :

- la mise en état de danse : échauffement corporel, rituel
Ce début de séance est très important, on ne danse pas sans éveiller son corps plus ou moins progressivement. C’est un moment de transition entre le travail de classe et la séance de danse, un rituel qui permet de se retrouver en groupe d’une autre manière, un moment où l’on redécouvre son corps et celui des autres.
Le contenu de cette phase peut être fonction du contenu de la phase suivante.

- l’atelier : il comprend toutes les situations que l’on met en place pour atteindre l’objectif de la séance. Il s’agit pour l’enseignant de mettre en place des situations problèmes. Les élèves doivent trouver corporellement des solutions. Les élèves sont en recherche : collective, individuelle ou en petits groupes.
La situation peut être travaillée en improvisation ou en composition.
En improvisation, on explore tous les possibles, on invente librement mais dans un cadre. Plus le cadre est précis et plus la créativité des élèves est grande. En composition : on choisit, on compose ( en faisant jouer les paramètres ), on mémorise. On écrit la danse.

- on montre: cette phase est un temps d’échange autour de la
recherche chorégraphique ( improvisation ou composition). A ce moment là, les élèves sont soit danseurs, soit chorégraphes. Cette phase permet d’affiner les propositions des élèves. On danse ou on regarde, puis on recadre par rapport à la consigne : est-elle respectée ? Qu’est ce qui fait que telle ou telle proposition est juste ? On verbalise, on argumente. On échange autour de l’effet produit. Est ce que cela suscite de l’émotion ? C’est un moment où l’on élabore un vocabulaire commun : verbal et gestuel.

- L’évaluation : Il est nécessaire d‘élaborer des critères : « A quoi est ce que je vois que l’objectif est atteint ? »
« Qu’est ce qui me permet de dire que ...... »

L’enseignant peut élaborer seul ou avec les élèves une grille d’observation et d’évaluation. ( voir doc : indicateurs pour un travail sur l’espace)
Mais l’évaluation ce peut être la finalisation : a t’on réussi à offrir le travail collectif à un public ?

L’enseignant ne montre pas mais il peut nourrir avec ses exemples les propositions des élèves.


Pendant la séance, l’enseignant est :
acteur de la séance : il s’implique corporellement pour impulser, motiver les élèves, avec la voix et avec le corps.

Il utilise les propositions des élèves, les faire évoluer, affiner, nuancer, ou au contraire, exagérer, contraster.


Principes qui caractérisent la pédagogie de l’éducation artistique :


  • La rencontre avec l’art et la culture : Les élèves réalisent une production artistique : A partir d’un travail de base les élèves créent une chorégraphie. La réalisation pourra aboutir à une présentation publique : autre classe, école, parents, mais ce n’est pas l’objectif principal du projet.

  • L ’ analyse critique : l’ élève apprend à définir des critères d’appréciation au delà du « j’aime, j’aime pas ». Il s’agit aussi de constituer une mémoire de références. L’enseignant permet une ouverture de l’école et des élèves sur le monde de la création : situer une œuvre, un type de danse dans un courant artistique. Les élèves s’approprient des clés pour apprécier des spectacles.

  • L ’ interdisciplinarité : prolongements, réinvestissement dans les différentes disciplines. Un même thème ou axe du projet est abordé sous l’angle de différentes matières du programme.

  • L ’ expression des élèves est prioritaire. En suivant une démarche de création, les élèves s’approprient les bases d’un langage artistique.

24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout