Education aux médias et à l'information


L'objectif d'une éducation aux médias et à l'information est de permettre aux élèves d'exercer leur citoyenneté dans une société de l'information et de la communication, former des "cybercitoyens" actifs, éclairés et responsables de demain.


L’éducation aux médias et à l’information vise à développer les connaissances et les compétences des individus pour leur permettre d’utiliser avec discernement les médias de manière critique et créative tant dans la vie quotidienne que professionnelle.


Par le terme «médias», on entend tous les moyens d’information, de communication, de divertissement, d’influence, de réseautage, d’enseignement et d’apprentissage, d’organisation du quotidien, etc., autrement dit, non seulement les médias de masse traditionnels (livres, journaux, cinéma, radio, télévision), mais aussi les médias numériques (Internet, réseaux sociaux, applications de communication, agents conversationnels, dispositifs de réalité virtuelle ou augmentée, jeux informatiques, etc.)

L'éducation aux médias et à l'information est, dans le système éducatif français, un enseignement pluridisciplinaire, présenté dans les programmes des cycles 2 et 3 (du CP à la 6e)2 et du cycle 4 (de la 5e à la 3e). Il apparaît pour la première fois dans la loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'École de la République du 8 juillet 20133.

Son objectif est de permettre aux élèves d'acquérir une culture de l'information et des médias. Il s'appuie sur les préconisations de l'UNESCO qui promeuvent une nécessaire maîtrise de l'information pour devenir citoyen d'une société numérique. Il s'inscrit dans le parcours Citoyen, l'un des quatre parcours éducatifs prévus par la loi de refondation de l'école de 2013.


COMMENT SE FABRIQUE L’INFORMATION ?


Avant de travailler sur la question des infox avec les élèves, il est nécessaire de définir avec eux ce qu’est une information, au sens de fait d’actualité

Plusieurs critères peuvent être retenus : une information est d’abord un message qui doit avoir un intérêt pour le public. Il doit être factuel, vérifié et vérifiable. Et c’est un message qui est censé relayer des faits nouveaux. Il est également important de distinguer un fait, c’est-à-dire un événement, d’une opinion, qui est l’expression d’un avis. Dans un même article ou un reportage télévisé, on peut retrouver à la fois des éléments factuels et des opinions. Une fois que les élèves maîtrisent la notion d’informa- tion, on peut travailler sur les différents aspects de sa fabrique: par exemple, l’importance des sources, la question de la hiérarchie de l’information ou encore la notion d’angle.


SAVOIR DÉTECTER UNE FAUSSE INFORMATION

Une fois ces notions de base acquises, on peut travailler avec les élèves sur les différentes méthodes pour détecter les fausses informations. Il en existe plusieurs formes dontla nature varie en fonction de l’intention de son émet- teur

Pour déjouer ces infox, il est nécessaire de rappeler quelques règles de base aux élèves : – Toujours chercher à identifier l’auteur d’un article ou les auteurs d’un site et se méfier des sites anonymes ou des articles non signés. – Ne pas confondre la source d’une information et la personne qui la partage. Le nombre de vues d’une vidéo ou d’un article n’est pas un gage de fiabilité. Selon une étude de l’Université de Columbia et de l’Institut National Français, relayée par Slate en juin 2016, 59% des articles partagés sur Twitter ne sont pas lus par celui qui les partage.

– Recouper l’information avec d’autres sources. Plus l’information est étonnante, plus il faut chercher de sources fiables. Si plusieurs médias reconnus donnent la même information avec des sources différentes, alors il y a de fortes chances qu’elle soit vraie.


QUELQUES EXEMPLES DE THÉMATIQUES

Comment vérifier l’authenticité d’une vidéo publiée sur les réseaux sociaux Sur les réseaux sociaux, des vidéos contenant de fausses informa- tions circulent et sont parfois relayées par les élèves. Comment faire acquérir aux élèves un réflexe de vérification avant de par- tager une vidéo sur Facebook ou Twitter? Comment les inciter à croiser les sources ? Étude de cas avec une vidéo qui circule sur Facebook et YouTube, intitulée « Riz en plastique made in China », montrée à des élèves de 4e.


Comment repérer une publicité discrète sur YouTube Toute publicité doit être mentionnée comme telle. Si un youtubeur reçoit une rémunération d’un annonceur pour produire une vidéo, il doit cocher une option qui affiche le message « inclut une com- munication commerciale» au début d’une vidéo. Mais ce terme est-il compréhensible pour des élèves de 4e ?

Exemple avec l’analyse d’un extrait vidéo de la chaîne Cyprien Gaming.


Information et publicité sur Snapchat : comment se repérer ? Dans l’application Snapchat, la rubrique «Découvrir» agrège les stories d’influenceurs et celles produites par des médias comme L’Équipe, Le Monde, Vogue ou Cosmoplitan. Mais comment se repérer dans ces stories ? En quoi la navigation au sein de cette application a-t-elle une influence sur le contenu produit ? Quelle est la différence de traitement de l’information entre le Snapchat du Monde et la ver- sion papier du quotidien ? Comment repérer un contenu sponsorisé d’un influenceur? Pour analyser la spécificité de ce réseau social, nous avons montré différentes stories à des élèves de 1re.


Quelques fiches pédagogique du site "réseau Canope" à utiliser pour faire travailler les jeunes sur des problématiques ciblées.





Sources : CLEMI (centre pour l'education au médias et à l'information)

Pour aller plus loin :

100 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout