Comment utiliser la taxonomie de Bloom en classe?

Dernière mise à jour : 18 mai 2021



Il n’est pas toujours évident de définir clairement des objectifs pédagogiques, bien que cette définition soit primordiale, et même impérative.

L’usage de la taxonomie de Bloom va permettre à l’aide de verbes d’action de pouvoir identifier clairement les objectifs du parcours de formation sur lequel s’engagent les élèves.

La taxonomie de Bloom est un puissant outil d’enseignement et d’apprentissage.


Linguistique : taxonomie, constituée du grec « taxis » et « nomos », signifie la « règle de classification ».

« Bloom » est le nom de l’inventeur de la « taxonomie de Bloom »: Benjamin Bloom, psychologue américain en éducation.


Elle classe les objectifs d'apprentissage du domaine cognitif en six niveaux allant du plus simple (le bas de la pyramide), au plus complexe (le haut de la pyramide).




● Connaissance

● Compréhension

● Application

● Analyse

● Synthèse

● Évaluation



La classification des objectifs en catégories est ce que l'on appelle la « Taxonomie des objectifs ».

L'intérêt d’une taxonomie est qu'elle permet d'identifier la nature des capacités sollicitées par un objectif de formation et son degré de complexité.

Cette information, parmi d’autres, permet d’adapter la méthode de formation.

Elle permet aussi de formuler plus clairement ces objectifs : « Au terme de ma formation, je souhaiterais que mes apprenants soient en mesure de… »

Un ensemble de verbes d'action correspond à chacun des niveaux.

Ces verbes permettent non seulement d'identifier précisément un objectif d'apprentissage, mais encore de formuler plus clairement les objectifs des activités d'apprentissage en terme de « capacité à».

Un objectif d'apprentissage est habituellement défini par un verbe d'action.


  • Connaissances :

Définir, identifier, décrire, reconnaître, raconter, expliquer, réciter, mémoriser, illustrer, citer, énoncer, faire correspondre, sélectionner, examiner, localiser, énumérer, enregistrer, répertorier, étiqueter ;

  • Comprendre :

Résumer, interpréter, classer, comparer, contraster, inférer, relier, extraire, paraphraser, citer, discuter, distinguer, délimiter, étendre, prédire, indiquer, traduire, interroger, associer, convertir ;

  • Appliquer :

Résoudre, modifier, relier, compléter, utiliser, dessiner, enseigner, articuler, découvrir, transférer, montrer, démontrer, impliquer, dramatiser, produire, signaler, agir, répondre, administrer, préparer, manipuler ;

  • Analyser :

Contraster, connecter, relier, concevoir, corréler, illustrer, distiller, conclure, catégoriser, démonter, résoudre des problèmes, différencier, déduire, subdiviser, calculer, ordonner, adapter ;

  • Évaluer :

Critiquer, recadrer, juger, défendre, évaluer, valoriser, hiérarchiser, planifier, noter, réviser, affiner, noter, argumenter, soutenir, évoluer, décider, re concevoir, pivoter ;

  • Créer :

Concevoir, modifier, jouer un rôle, développer, réécrire, pivoter, modifier, collaborer, inventer, écrire, formuler, inventer, imaginer.



Planifier les séances d'apprentissage

Pour être efficace, une séquence d’apprentissage doit débuter au niveau le plus simple et évoluer au fur et à mesure vers des niveaux plus complexes. La taxonomie de Bloom permet d’organiser logiquement la succession des séquences d’apprentissage. Par exemple, le formateur peut solliciter les activités d’analyse en premier puis le travail de synthèse pour finir.


Scénariser et construire les séquences d’apprentissage

La taxonomie de Bloom permet d’organiser logiquement la succession des séquences d’apprentissage en débutant au niveau le plus simple et d’évoluer au fur et à mesure vers des niveaux plus complexes. Par exemple, le formateur peut solliciter les activités d’analyse en premier puis le travail de synthèse pour finir.

C’est la scénarisation. Celle-ci arrive une fois les objectifs clairement définis. Cette étape précise chaque séquence, leur durée, leur contenu, les méthodes, les moyens, les outils et les modalités d’évaluation des acquis.


Évaluer le niveau de l’apprenant

La taxonomie donne aux formateurs des points de repère pour évaluer le niveau de compétence de chaque apprenant. Par exemple, des exercices de catégorisation ou de question / réponse peut permettre au formateur de savoir si les capacités d’analyse du formé sont satisfaisantes et d’adapter sa formation en fonction.


Planifier des séquences d’apprentissage par projet

Utiliser la taxonomie de Bloom pour planifier des séquences facilitera l'action. Si un élève réalise un projet sur le recyclage, par exemple, la ‘‘séquence’’ pourrait commencer à des niveaux inférieurs, où l’élève se souvient, définit et identifie les composants clés du recyclage, ses défis, etc. Ensuite, les élèves commencent à analyser les causes / effets de bon nombre de ces composants et défis, puis évaluent l’efficacité des techniques de recyclage existantes, puis créent enfin de nouvelles stratégies pour augmenter le recyclage, améliorer les taux d’adoption, etc.




Pour aller plus loin :

https://www.enseigner.ulaval.ca/system/files/taxonomie_cognitif.pdf

https://www.bienenseigner.com/comment-utiliser-la-taxonomie-de-bloom/

https://lms.fun-mooc.fr/c4x/ENSCachan/20005/asset/s2_ressourcesutiles_taxonomiedeBloom.pdf

12 582 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout