2- Redonner du sens aux apprentissages


Apprendre comment apprendre


· Une nouvelle approche sur l’acte d’apprendre.

André Giordan propose une nouvelle approche sur l’acte d’apprendre. Apprendre est un processus particulièrement complexe qui impose à l’individu de sortir de ses repères habituels, de remettre en cause les conceptions qui donnaient un sens à ses expériences passées. Giordan nous éclaire sur le fonctionnement de la mémoire, meilleur quand l’information est enregistrée de multiple manière (verbale, imagée, motrice) et associée à d’autres éléments déjà mémorisés.


En apprenant une chorégraphie, on fait appel à un système de mémoire visuel, kinesthésique ou auditive. L’élève va choisir sa propre méthode. L’essentiel est de reproduire et de ressentir un morceau.


L’apprenant n’est pas une page blanche. Dans une partie spécialement consacrée au cerveau, l’auteur établit le lien entre apprentissage et affectivité, et détaille le fonctionnement de la motivation Il insiste sur le fait qu’un apprenant n’est pas une page blanche sur laquelle l’enseignant inscrit un savoir.

Ses goûts musicaux influent sur la perception de ce qu’il entend et la manière dont il retranscrira physiquement. S’il n’aime pas le morceau son corps ne pourra réagir en rythme.

Dans la danse l’élève s’approprie son style de mouvement, en fonction de la réactivité du son à travers son corps. Une fois la chorégraphie construite, il y mettra sa personnalité.


Situation ou tâches complexes


Après une formation sur les intelligences multiples et les tâches complexe avec Monsieur Pierre Yves Leroux, j’ai découvert que ce principe (que j’utilisais déjà mais que je n’identifiais pas sous ce terme,) était le plus adaptés a mes élèves.

La tâche complexe est une tâche mobilisant des ressources internes (culture, capacités, connaissances, vécu...) et externes (aides méthodologiques, protocoles, fiches techniques, ressources documentaires...).

Elle fait donc partie intégrante de la notion de compétence.

La définition retenue dans le texte du socle : « chaque grande compétence du socle est conçue comme une combinaison de connaissances fondamentales pour notre temps, de capacités à les mettre en oeuvre dans des situations variées d’attitudes indispensables tout au long de la vie, comme l’ouverture aux autres, le goût pour la recherche de la vérité, le respect de soi et d’autrui, la curiosité la créativité »


Confronter les élèves à des tâches complexes permet de :

  • · les former à gérer des situations concrètes, nouvelles de la vie réelle en mobilisant des connaissances, des capacités, des attitudes c’est-à-dire à exprimer de véritables compétences dans des situations nouvelles.

  • · faire acquérir à chacun les mêmes connaissances, les mêmes méthodes mais en tenant compte des différences entre individus.

  • · laisser à chacun le choix des procédures de base présentes dans le répertoire de ses ressources et de leur combinaison selon sa propre démarche intellectuelle.

  • · les motiver tout en leur donnant le goût des sciences.

On va prendre en compte leurs différences :

On va accepter que tous ne parviennent pas à accomplir seuls la tâche proposée du premier coup et donc que certains auront besoin d’aide pour parvenir à réaliser la tâche demandée.

On ne va pas imposer notre démarche de résolution mais on va laisser l’élève adopter celle qui lui convient.

On cesse de « robotiser » les élèves, de les transformer en simples exécutants de la pensée du professeur qui ne découvrent le sens de leur action qu’au moment de la synthèse finale.


Confronter les élèves à des tâches complexes c’est leur proposer dans le cadre d’une situation concrète et nouvelle :

une consigne globale et précise: ce qu’ils doivent faire et ce qu’ils doivent produire sans indiquer comment s’y prendre. (ici faire un exposé sur le hip hop)

des ressources externes (internet, documents « papier », terrain...)

des aides pour ceux qui n’y parviennent pas (aides méthodologiques, cognitives, procédurales).


Intelligences multiples


Cette façon d’envisager l’intelligence se distingue de la plupart des conceptions existantes en la matière par sa vision plurielle. En effet, sur base de critères théoriques préalables, Gardner propose un modèle qui prend en considération différentes facettes de l’activité cognitive et élève un certain nombre d’entre elles au rang d’intelligence. De cette manière, il pense pouvoir rendre mieux compte de la diversité du fonctionnement humain et respecter chacun selon son acuité cognitive et ses styles cognitifs.


Gardner définit l’intelligence comme une aptitude ou un ensemble d’aptitudes permettant à une personne de résoudre des problèmes ou de concevoir des produits qui ont de l’importance pour un milieu culturel particulier. Gardner propose huit formes d’intelligence :

  • · Intelligence linguistique : aptitude à utiliser efficacement les mots oralement et par écrit.

  • · Intelligence logico-mathématique : aptitude à utiliser efficacement les nombres et à bien raisonner.

  • · Intelligence spatiale : aptitude à percevoir correctement le monde spatio-visuel et à apporter des transformations à ces perceptions.

  • · Intelligence musicale : aptitude à percevoir, transformer et exprimer des formes musicales

  • · Intelligence kinesthésique : aptitude à utiliser son corps pour exprimer une idée ou un sentiment et à utiliser ses mains pour créer ou transformer les objets.

  • · Intelligence interpersonnelle : aptitude à percevoir l’humeur, l’intention, la motivation et les sentiments des autres personnes.

  • · Intelligence intra-personnelle : aptitude à agir en fonction d’une conscience de soi bien développée.

  • · Intelligence naturaliste : aptitude à discerner l’organisation du vivant.

Gardner établit 4 grandes règles de base, éléments-clés de sa théorie :

Tout le monde possède les huit intelligences. La plupart des personnes peuvent développer les huit intelligences afin d’y obtenir un niveau de compétence satisfaisant.Les intelligences fonctionnent en corrélation de façon complexe.Il existe de nombreuses façons d’être intelligent dans chaque catégorie.

Une fois qu’on a définit et classifier les intelligences multiples propre a chacun de nos élèves, on établit des tâches complexe et des objectifs correspondants a leurs compétences.

36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout